Association - logbook

  • En 1936, le territoire de l'actuelle République coopérative du Guyana (ancienne Guyane Néerlandaise ou Dutch Guiana) a été l'objet d'une expédition de l'American Legion à la recherche des traces du « Port of Brunswick » de Paul Redfern.

Logbook

1927, 1933, 1965, 2014...



2017-07-27 - Héraldique

En préparation à ses déploiements sur le terrain, l’héraldique de missing.aero se voit enrichie d’un drapeau et d’un roundel (marque d'identification des aéronefs - escarapela aeronáutica).
Ainsi, nom, logo, drapeau et roundel complètent l’identité visuelle de missing.aero, de ses activités et de ses aéronefs.
L’héraldique est inspirée des couleurs du drapeau de la Confédération helvétique (Pantone 485C et blanc), siège de missing.aero.
La proportion du fond du drapeau est le standard 2:3. La lettre X blanche au centre représente le lieu inconnu où se trouvent les avions recherchés par missing.aero. Au centre du X, le logo de missing.aero fait office d’écusson.
Le roundel d’identification de nos aéronefs reprend tous les attributs de notre drapeau.

Ci-dessous, drapeau et roundel de missing.aero.


2017-07-11 - mission « TC-48 » : images dans les archives de Bravino.

Suite à la disparition du TC-48, plusieurs recherches ont été réalisées dans la jungle de Costa Rica. Une des équipes de recherche était menée par Orlando Bravino et Juan Tomilchenko, pères de deux cadets disparus: Orlando Pedro Bravino et Juan Bernardino Tomilchenko.
En 1967-1968, Tomilchenko affirma avoir trouvé des pièces métalliques du TC-48. Aucun témoignage direct de l’existence de ces pièces n’est disponible. Cependant...
Dans les archives de Bravino, deux images en noir et blanc, commentées par des notes manuscrites, montrent un objet métallique d’origine aéronautique.
Il s’agit de la sortie de secours (emergency exit - salida de emergencia) d’un avion.
Une analyse rapide permet de constater que ce n’est pas la sortie de secours d’un DC-4/C-54.

Ci-dessous, image et illustration de la sortie de secours d'un DC-4/C-54 du même modèle que le TC-48.
Ci-dessous, images des archives de Bravino qui montrent la sortie de secours, face externe et face interne, avec des notes manuscrites sur la taille et le code couleurs. La différence avec la sortie de secours des archives est flagrante.
Ce qui nous amène aux questions suivantes:
A quel type d’avion appartient la porte photographiée?
A quel avion en particulier appartient la porte ?
Pourquoi l’image se trouve dans les archives de Bravino ?

Type d’avion: l’image de Bravino nous oriente vers un Curtiss C-46 Commando.
Nous avons pris contact avec l'entreprise de transport aéronautique Everts Air Cargo à Anchorage, Alaska, qui vole avec plusieurs C-46 quotidiennement. (www.evertsair.com).
Stephane Pouliot, spécialiste technique chez Everts Air Cargo à la base de Fairbanks, nous a envoyé des images détaillées de la porte.
Le C-46 N1822M Salmon Ella a entretemps échangé la sortie de secours sur la porte cargo arrière droite par celle du côté droit du fuselage. Néanmoins, l’identification du type d’avion ne fait aucun doute. Mesures, système d'ouverture, inscriptions…tout correspond parfaitement. Les images des archives de Bravino montrent la sortie de secours d’un Curtiss C-46 Commando.







A quel avion appartient la porte ?
Le Curtiss C-46 était un avion particulièrement populaire en Amérique latine, difficile à piloter mais facile à entretenir et réparer.
Les images de la porte, en noir et blanc, contiennent des notes manuscrites sur les couleurs. Blanc sur la partie supérieure et bleu foncé pour la partie inférieure. Le schéma de couleurs décrit dans l’image est très rare sur ce type d'avion.

Une longue recherche sur les couleurs portées par des Curtiss C-46 des entreprises susceptibles de voler en Amérique centrale jusqu’en 1970 se réduit à une seule possibilité.
La porte ne peut appartenir qu’à un avion de LACSA de la première époque, avec un filet bleu uni.
Lors de discussions avec Harro Ranter, CEO de l’Aviation Safety Network (http://aviation-safety.net), il nous orienta vers un incident au sol d’un C-46 de LACSA à El Coco (IATA: SJO, ICAO: MROC) le 13 août 1966.
Le C-46D-15-CU TI-1008C (c/n 33379, serial 44-77983) fit une sortie de piste à l'atterrissage suite à l’éclatement du pneu droit, ce qui endommagea sérieusement l’avion.



Ci-dessous, deux images de mauvaise qualité en noir et blanc des C-46 de LACSA montrent clairement le « désalignement » du filet de peinture bleu sur les fenêtres des sorties de secours.


Ci-dessous, les images en couleurs permettent de vérifier que la couleur bleue du TI-1008C est désalignée avec la partie supérieure de la fenêtre vitrée, comme dans l’image d’archive de Bravino.


L’accident à l'atterrissage d'août 1966 a immobilisé le TI-1008C à l’aéroport de El Coco (actuel Aeropuerto Internacional Juan Santamaría), pendant plusieurs semaines.
Cet aéroport était le point d'arrivée et de départ des expéditions de Bravino et Tomilchenko au Costa Rica.

Pourquoi l’image se trouvait-elle dans les archives de Bravino ?
Qui a pris les images ? Avec quelle intention ? Difficile à dire.
On est dans l'attente de nouvelles informations pour faire avancer l’enquête dans les mois à venir.


2017-05-05 - missing.aero au workshop « Métodos Bayesianos ’17.Madrid »

Invitée par la Faculté de mathématiques de l’Universidad Complutense de Madrid, hepta.aero va présenter au workshop « Métodos Bayesianos ’17.Madrid », les 7 et 8 novembre 2017, un travail inédit sur des inférences bayésiennes.
La plus grande difficulté des missions SAR en forêt tropicale est le biais cognitif (cognitive bias) dans l'élaboration des hypothèses, comme l'illusion des séries (clustering illusion), le biais de représentativité (conjunction fallacy) ou, au plus haut point, l'effet de désemballage (unpacking effect).
Le travail a pour titre « Avions perdus : unpacking effect et antidote bayésien ».

(Workshop Métodos Bayesianos'17.Madrid)

Ci-dessous, poster de présentation du travail.


2017-03-01 - le wiki des projets de missing.aero est online

Comme pour tous ses programmes, hepta.aero met à disposition des collègues et partenaires plusieurs wikis (www.mediawiki.org), afin de permettre le travail collaboratif et distribué.
Le wiki 01 de missing.aero est lancé avec quinze branches d’étude différentes et quatorze projets en cours.

Ci-dessous, copie d'écran du wiki 01 de missing.aero


2017-01-01 - 90 ans d'attente

On n’a pas de nouvelles du sort du "Port of Brunswick" depuis le 26 août 1927. Presque 90 ans de silence.
Presque un siècle, également, de développements techniques fulgurants.
Le début du 21e siècle a vu l’essor de la télédétection aéroportée (airborne remote sensing) et de l’exploitation de grandes masses de données (big data). Parmi d'autres technologies disponibles, ces deux éléments à eux seuls nous permettent d’envisager des recherches d’aéronefs perdus dans une optique très différente à celle de la fin des années 1920.

Une vingtaine de personnes ont mis 14 mois pour créer missing.aero et pour définir ses missions, sa méthodologie de travail, ses partenaires et ses moyens. Notre travail et notre vision n’invalident pas et ne remettent pas en cause les recherches déjà effectuées ou en cours. Nos missions ne sont pas associées à d'autres groupes ou organisations de recherches.

Malgré les années passées, 90 ans pour "Port of Brunswick", 84 ans pour "Cuatro Vientos", 52 ans pour le TC-48 et 3 ans pour le 8R-GHE, pour missing.aero ces événements datent d’hier et c’est avec un regard frais et nouveau qu’on se met au travail, ce dimanche 1er janvier 2017.


Paul Redfern dans le cockpit du "Port of Brunswick"