« Port of Brunswick » - le vol

  • Le vol de Paul Redfern avait comme intention de relier non-stop Brunswick en Géorgie (Etats-Unis) à Rio de Janeiro, au Brésil. La route devait survoler la ville de Macapá, sur la rive gauche du delta de l’Amazone.

Le vol


But

Battre un nouveau record: relier l'Amérique du Nord à l'Amérique du Sud dans un vol non-stop: pulvérisation des records de distance et de durée.


Record en jeu

En mai 1927, Charles Lindbergh rafla le prix Orteig ($25,000), offert par le propriétaire américain d'une chaîne d'hôtels au premier aviateur allié qui réaliserait un vol sans escale entre New York et Paris, dans un sens ou l'autre.
En 33 heures et 30 minutes, Lindbergh effectua 5808 kilomètres, ralliant New York à Paris en solitaire et sans escale.

Suite à ce record extrêmement médiatisé, la Chambre de Commerce de Brunswick (Géorgie, Etats-Unis) mit en jeu un prix équivalent pour un vol non-stop Brunswick - Rio de Janeiro. Il s'agissait du premier projet de rallier l'Amérique du Sud depuis les Etats-Unis dans un vol non-stop.

Le trajet représentait environ 7300 km en ligne droite, soit 1500 km de plus que la distance parcourue par Lindbergh. La durée de vol estimée était de 60 heures non-stop, à savoir pratiquement le double de la traversée de l'Atlantique.
Ce plan de vol projetait ainsi de briser littéralement tous les records de distance et de durée en avion.


Trajet prévu

Le 5 août 1927, Redfern quitta Détroit (Michigan) dans le monoplan Stinson dont il avait supervisé la construction, ayant pour passager son constructeur, Eddie Stinson, chef de la Stinson Aircraft Corporation de Détroit. Il rejoignit son lieu de décollage prévu, Brunswick, en 9 heures et 46 minutes de vol. Les plans détaillés du vol vers Rio de Janeiro furent révélés après cette date.

Sur une carte manuscrite signée en août 1927 par Paul Redfern, une ligne droite tirée depuis Brunswick traverse la République Dominicaine et Trinidad pour atteindre Macapa (sur le fleuve Amazone, Brésil), avant de relier en ligne droite Rio de Janeiro (environ 7433 km)

D'après les dépêches datées du 26 août 1927, Redfern devait passer à l'est des Bahamas, passer la pointe sud-ouest de Porto Rico, en survolant le phare de Port Guanica (qu'il devait atteindre vers minuit), puis passer au-dessus des îles de Grenade, Tobago et Trinidad. Il devait atteindre le continent sud-américain au Surinam (ex-Guyane hollandaise) juste après avoir aperçu le point Saint Andrew à Le Guyana (ex-Guyane britannique).
Il devait ensuite atteindre Macapa, sur la berge nord de l'Amazone. A cet endroit, il avait l'intention de décider s'il se détournerait sur Pernambuco (actuelle ville de Recife), ou continuerait vers Rio de Janeiro. « Si je lance une fusée éclairante verte, tout est OK et je continue sur Rio, mais si je lance une fusée rouge, cela signifie que j'ai l'intention d'atterrir à Pernambuco » dit-il, expliquant que sa décision serait déterminée par les réserves d'essence et les conditions météorologiques.
Selon Paul J. Varner, chef du comité de vol, Redfern avait l'intention d'atterrir dans l'Etat du Pará si les vents et la météo étaient défavorables, le forçant à consommer trop rapidement son essence.


Vol effectué

Le jeudi 25 août 1927, Redfern décolla de la plage de Sea Island, Brunswick, (Géorgie) à 12h46 à destination de Rio de Janeiro.

Le lendemain, vendredi 26 août, 24 heures ou 27 heures après son décollage (donc vers 13 heures ou 16 heures), l'avion fut aperçu au large des côtes du Venezuela par le cargo norvégien Christian Krohg. Un contact fut établi.
D'après le journal de bord du Christian Krohg, l'avion descendit sur le cargo, fit des cercles pendant 50 minutes en jetant plusieurs notes dans des boîtes en carton, dont le contenu le plus détaillé fut le suivant: « Pointez le bateau en direction de la terre la plus proche et agitez un drapeau pour chaque 100 miles de distance ».
Le bateau se tourna, agita un drapeau pour indiquer la distance à la terre la plus proche et siffla deux coups de sirène. L'avion se dirigea alors au sud, en direction de la côte du Venezuela.

Suite à ce contact, plus aucune nouvelle fiable ne parvint ni de Redfern ni de son avion, qui disparurent à jamais. Il n'est même pas sûr que « Port of Brunswick » ait atteint la côte du Venezuela.


Témoignages non confirmés du vol d'un avion

Des témoins en différents lieux affirment avoir vu un avion survoler le territoire du Venezuela et Le Guyana. L'un deux aurait reconnu le Stinson de Redfern.

Vendredi 26 août 1927
Lee Dennison, ingénieur américain, a reporté avoir vu un avion survoler Ciudad Bolivar (il aurait reconnu les couleurs et le numéro d'immatriculation du Stinson), avec une fumée noire s'échappant du nez. L'avion aurait changé de cap pour se diriger au sud-est.

Samedi 27 août vers 15h
Un facteur a signalé avoir vu un avion au-dessus du delta de l'Orénoque, survolant, selon les sources, soit le Macareo Cano soit Cacareo dans le canal Guaraguan. Il se serait dirigé vers le sud, en direction de Boca Grande (embouchure principale de l'Orénoque).

Non daté
Des indigènes auraient vu un avion volant près de la mission Saint-Cuthbert (rivière Mahaica), en Guyana (ex-Guyane britannique)